Appel à l’impartiale postérité

8,50 €
TTC

Premier livre des éditions Dagorno, en 1992. Manon Phlipon, plus connue sous le nom de Madame Roland, est morte sous la guillotine le 8 novembre 1793.

Parmi les plus éminentes victimes de la Terreur, cette femme n'était pas une aristocrate ou une catin mais une des têtes pensantes de la Révolution.

Quantité
Il n'y a pas assez de produits en stock.

  • Paiements sécurisés par CB, Visa, Mastercard ou Paypal Paiements sécurisés par CB, Visa, Mastercard ou Paypal
  • Envoi postal sous 48h pour les particuliers / par PRISME pour les professionnels Envoi postal sous 48h pour les particuliers / par PRISME pour les professionnels
  • Professionnels: retour à partir du troisième mois suivant la mise en place et jusqu’à un an (3/12) Professionnels: retour à partir du troisième mois suivant la mise en place et jusqu’à un an (3/12)

De 1789 à 1793 son influence sur le cours des événements fut déterminante. Liquidée par Robespierre, en même temps que le parti de la Gironde dont elle était une des principales personnalités, elle fit face à la mort avec une extraordinaire dignité au nom des idéaux qui l'avaient toujours animée. Les Mémoires de Madame Roland, écrits en prison, ont été publiés à chaud (18 mois après son exécution) sous le titre Appel à l'impartiale postérité. C'est cette première édition de 1795, jamais republiée depuis, qu'on pourra découvrir ici. Au-delà d'un témoignage irremplaçable sur la Révolution et tous ses acteurs - on croise Danton, Marat, Robespierre, Louis XVI et tant d'autres, oubliés ou célébrés, victimes ou vainqueurs-, cette autobiographie se lit aujourd'hui comme une interrogation passionnée sur les rapports entre la morale et la politique.

Fiche technique

Auteur
Madame Roland